Visiter-sefarad.org
 

Gaby

Pour ce chabbat, quelques ouvrages (9 mai 2014)

    MENU    

SEFARAD.org

INDEX Gaby

LIVRES et Disques

PRECEDENTE Page

AIDEZ-nous

Jeremy Scahill traduit (anglais) par G. Boulanger et N. Calvé

Le nouvel art de la guerre - Editions Lux

704 pages – 28 Euros - ISBN : 978.2. 89596.179.6


Depuis douze ans, sous prétexte de sécurité, les Etats-Unis assassinent froidement ceux qu'ils qualifient de « terroristes ». Une enquête implacable.

On a beaucoup disserté sur « l'art de la guerre ». C'était avant que la modernité et ses massacres de masse calment les plumes naïves (ou maboules) tentées de faire passer les champs d'horreur pour des champs d'honneur. C'était avant Le Nouvel Art de la guerre : Dirty Wars. La formidable somme du journaliste d'investigation américain Jeremy Scahill passe au grattoir une guerre contemporaine, le fameux « combat contre le terrorisme » entamé voilà douze ans par les Etats-Unis. Travail implacable, journalisme méticuleux : aucune dorure ne résiste.

Dans cette captivante enquête qui prend la forme d’un thriller, Jeremy Scahill braque le projecteur sur les manœuvres clandestines du Joint Special Operations Command (JSOC), ce corps d’armée placé directement sous les ordres de la Maison-Blanche, muni d’un permis de tuer en toute impunité et pour qui le monde n’est un champ de bataille. De l’Afghanistan au Yémen, en passant par le Pakistan, la Somalie et les États-Unis, le journaliste donne la parole aux victimes de cette sale guerre, les familles anéanties, femmes et hommes qui doivent choisir entre la douleur résignée et le djihad contre l’Amérique sanguinaire.

La lecture de ce chef-d’œuvre d’investigation fait l’effet d’un électrochoc. Scahill nous mène loin des fronts officiels, là où vont trop peu de journalistes et où l’État prend goût à d’inavouables pratiques.


Jeremy Scahill est journaliste d'enquête et correspondant de guerre pour le magazine américain The Nation. Il est l’auteur de Blackwater : l’ascension de l’armée privée la plus puissante au monde. Après avoir participé à révéler le scandale Prism avec les journalistes Glenn Greenwald et Laura Poitras, Scahill a fondé The Intercept, un magazine en ligne qui diffuse notamment les informations révélées par Edward Snowden.


                                                 **********


Philippe THIRAULT – Collectif

Le Combat des Justes - Six récits de résistance - Editions Delcourt

72 pages – 15 Euros- ISBN : 978-2-7560-4103-2

 

Après les témoignages des enfants juifs cachés, l'histoire de ceux qui les ont sauvés. Six "Justes parmi les nations", des héros bien connus des historiens mais trop peu du grand public. L'abbé Glasberg, les habitants du Chambon- sur-Lignon, le consul du Portugal... Autant d'hommes et de femmes dont le récit authentique et touchant exprime l'humanité qui subsiste dans les événements les plus tragiques.


Philippe Thirault est né en 1967 à Paris. Il intègre Science-Po, y reste cinq ans, mais sort sans diplome. C'est sûr, il sera écrivain. En sortiront plusieurs histoires, "Lucy", "Hémoglobine Blues", et "Heureux les imbéciles", romans publiés au Serpent à Plumes, et "Miss", une série de bande dessinée publiée aux Humanoides Associés, avec Marc Riou et Mark Vigouroux. Dialoguiste hors pair, il investit avec un égal bonheur le roman comme la bande dessinée, le polar noir ("Miss"), le western ("Mille visages" et "Lucy" avec Malès), la satyre sociale ("Mes voisins sont formidables" et "Vider la corbeille", avec Gnaedig), l'héroic fantasy ("La Meute de l'enfer" avec Hojgaard). Il développe actuellement un autre projet western qui se passera dans le Klondike pour la collection "Empreinte(s)" et prépare une grande saga sur les croisades...

 

*********

 

Rachid Boudjedra

Printemps - Editons Grasset

299 pages – 20 Euros– ISBN : 978.2.246.80692.9


Ce roman est l’histoire de deux femmes, l’une algérienne et l’autre espagnole. C’est aussi une histoire de destin, dans lequel on perçoit les conséquences du “printemps arabe”, et les révolutions.  Selon Rachid Boudjedra, “ces révolutions  ne le sont pas. Ce sont des émeutes tout bêtement, stupides dont on a vu le résultat aujourd’hui”. Ce roman a été inspiré par “les émeutes d’octobre 88”. “J’ai commencé à écrire ce livre, il y a deux ans. J’ai pris pour exemple et  point de départ les émeutes d’octobre 88. D’ailleurs, j’ai déjà consacré un roman à cet évènement ‘le Désordre des choses’”, a-t-il souligné. Et d’ajouter : “On retrouve  l’histoire à travers seulement les Unes des journaux et la radio ; il n’y a ni analyses, ni explications, après on se rend compte que ce printemps n’est pas un printemps, c’est une régression terrible”. Dans son roman, Rachid Boudjedra aborde des sujets qui sont plutôt philosophiques et métaphysiques. Printemps traite aussi le sujet du dialogue entre les religions, car “on nous rabâche beaucoup les oreilles sur le fait que les civilisations se complètent, qu’elles s’adorent, comme l’islam et le christianisme, c’est faux ! Les chrétiens haïssent les musulmans, et les musulmans haïssent les chrétiens, et les juifs haïssent les musulmans, et les musulmans haïssent les juifs. C’est la réalité fondamentale, dont les hommes politiques essayent de nous berner”. Revenant au personnage principal du roman Printemps, Rachid Boudjedra nous a annoncé que le livre raconte l’histoire d’une fille d’Arris, née un 1er janvier où il neigeait beaucoup, c’est pourquoi son papa l’a prénommé Theldj. Alors qu’elle n’avait que huit ans,  sa maman (sage-femme),  a été égorgée pendant la décennie noire. “C’est une histoire vraie”, a-t-il indiqué. Le roman est aussi l’histoire d’une fille qui a eu une enfance malheureuse et qui va “essayer de se défendre pour une vie un peu différente”. Rachid Boudjedra a indiqué avoir écrit ce roman car “J’en avais besoin, parce que j’avais envie. J’aime les marginaux, qui souffrent, et qui sont mal vus par les sociétés”.


Rachid Boudjedra, né en 1941 à Aïn Beïda (Algérie), a étudié la philosophie et les mathématiques. A partir de 1972, il se consacre à l'écriture. Romancier et scénariste (Chroniques des années de braise, Palme d'or au Festival de Cannes en 1975), il est l'auteur de nombreux romans dont La vie à l'endroit (1997), Fascination (2000), Les funérailles (2003) et Les figuiers de barbarie (2010, Prix du roman arabe), tous publiés chez Grasset.



                                                   *********


Pascal Bruckner

Un bon fils - Editions Grasset

250 pages – 18 Euros – ISBN : 978.2.246.80028.6


« Rien de plus difficile que d’être père : héros, il écrase de sa gloire ; salaud, de son infamie ; ordinaire, de sa médiocrité ». Dans ce pudique roman de formation,  Pascal Bruckner raconte sa filiation personnelle et intellectuelle.

C’est l’histoire d’un enfant à la santé fragile. Né après guerre dans une famille d’origine et de culture allemande, il est envoyé dans un village d’Autriche pour soigner ses poumons. Sous la neige, il chante la gloire de Dieu et prie chaque soir le Seigneur pour qu’il provoque la mort de son père.

Ce dernier, antisémite et raciste, est un mari pervers qui bat sa femme et l’humilie. Son fils unique fera tout pour devenir son contre-modèle (« je suis sa défaite »…). Il sera l’élève de Jankélévitch et de Barthes, le jumeau spirituel d’Alain Finkielkraut, puis un écrivain reconnu, classé parmi les « intellectuels juifs » auxquels il s’identifie sans en être.

Jusqu’au dernier jour, il accompagnera néanmoins dans son calvaire cet étranger qui lui a donné la vie et n’en finit pas de mourir. Car au-delà du mépris et de la rage coupable, ce récit bouleversant est l’aveu d’un amour impossible à renier d’un fils pour son père auquel il doit paradoxalement toute son œuvre – où le théâtre de la cruauté se retourne en compassion.

Il lui dédie aujourd’hui ce tombeau d’effroi et de pardon.


Pascal Bruckner est l'auteur, entre autres, de La tentation de l'innocence (Prix Médicis de l'Essai, 1995), Les voleurs de beauté (Prix Renaudot, 1997), L'amour du prochain (1998), Misère de la prospérité (Prix du Meilleur Livre d'Economie, Prix Aujourd'hui, 2002). Son oeuvre est traduite dans une trentaine de pays..



                                                 **********



Georges Perec

Perec/rination - Editions Zulman

144 pages – 7,95 Euros – ISBN : 978.2.84304.677.3

 

En vingt et une étapes (« Métropolitain » compris), cette visite guidée de la capitale à travers le temps (de l’assassinat d’Henri IV à l’Exposition universelle de 1900) et l’espace (du parcours monothématique à la déambulation alphabétique) s’enrichit de citations rares, listes piégées ou records insolites.


Georges Perec est né à Paris en 1936, de parents juifs polonais, tous deux décédés durant la Seconde Guerre mondiale. Il fait des études de lettres à Paris et devient documentaliste en neurophysiologie au CNRS. En 1965, son premier roman Les Choses est couronné par le prix Renaudot. Un an plus tard, il publie l'audacieux Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ? Perec devient très vite une figure importante de l'Oulipo (Ouvroir de littérature potentielle), qu'il intègre en 1967.
Passionné par toutes les formes d'expression, il remet sans cesse en question les enjeux et les limites de l'écriture. Il est l'auteur d'une oeuvre étonnante et diverse. Parmi les nombreux et célèbres textes qui la composent : La Disparition (1969), Les Revenentes (1972), W ou le souvenir d'enfance (1975) et La Vie mode d'emploi (1978, prix Médicis). Véritable explorateur de la langue, Georges Perec est une figure majeure et essentielle de la littérature française du XXe  siècle.


                                                 **********


Guillaume Jan

Traîne – Savane Vingt jours avec David Livingstone - Editons Intervalles

285 pages – 19,90 Euros – ISBN : 978.2.36956.001.2

 

Deux amoureux traversent un bout d'Afrique centrale. Ils se perdent dans la forêt, retrouvent leur chemin et décident de se marier au prochain village Pygmée. Cent cinquante ans plus tôt, le zélé missionnaire David Livingstone déambulait dans la savane, à la recherche d'une terre promise, d'une autoroute du commerce ou de sources miraculeuses. En tressant ces deux parcours picaresques, Guillaume Jan relie le destin de ces Don Quichotte qui, chacun à leur manière, donnent leur coeur au Continent noir.

Le mariage improvisé, décidé au cours d'un périple chaotique, constitue la trame narrative du livre. Mais cette histoire d'amour exaltée est aussi prétexte à décrire, avec beaucoup de détails et d'humour, le quotidien invraisemblable de la population congolaise. En parallèle, l'auteur dessine le portrait du docteur Livingstone. Il nous fait découvrir une facette mal connue de cet homme fantasque et têtu, rêveur et maladroit, qui se laisse happer par l'Afrique au point de demander à ce qu'on y enterre son coeur. Cette Fantaisie du missionnaire nous plonge dans les tréfonds de l'Afrique contemporaine, tout comme elle nous fait partager les visions romantiques ou hallucinées des explorateurs du XIXe siècle. Elle nous éclaire également sur un grand explorateur qui menait vaillamment des combats impossibles et que l'empire britannique avait failli oublier, avant que Stanley le retrouve sur les berges du lac Tanganyika et lui lance son mythique "Doctor Livingstone, I presume" Curieusement, aucune biographie solide du missionnaire écossais n'avait été jusqu'ici établie en langue française.


Guillaume Jan, né en 1973, est reporter dans la presse magazine française. Son métier lui a permis d'être chercheur d'or en Guyane, de partager le quotidien des jeunes Irakiens sous l'empire de Saddam Hussein, de slalomer entre les mines à Kaboul, de séjourner dans le charmant village d'Al-Qaida au Yémen, de suivre les enseignements d'un gourou biterrois dans son ashram en Inde, d'infiltrer une filière de concubines en Chine, de jouer au ballon avec l'équipe de foot de Grozny ou au billard avec des gangsters anglais.
Il vit à Paris. En 2009, il a publié Le Baobab de Stanley, ballade douce-amère au cœur de l'Afrique. Puis en 2011 Le Cartographe, son premier roman, est paru aux éditions Intervalles. Dans son troisième livre, il retourne en Afrique, sur les traces de Linvingstone, cette fois.


Et, chez le même Editeur                                          


Mikaël Hirsch

Avec les Hommes

122 pages – 16 Euros - ISBN :978.2.916355.88.7

 

A Brest, deux anciens amis se retrouvent après vingt années de séparation. Le premier, en devenant écrivain, semble avoir réussi sa vie; le second, en dépit de débuts prometteurs, n'est jamais devenu ce qu'on attendait de lui. Et si l'amertume rattrape souvent les grandes espérances, l'idée même de réussite peut parfois s'avérer illusoire.
De Tel-Aviv à la presqu'ile de Crozon, de la cour de Normale Sup' aux monts d'Arrée, ces deux destins parallèles nous racontent la soif d'exotisme, la passion qui dévore et la littérature qui consume.
Variation jubilatoire sur le thème du voyage en Orient, réflexion su la honte et la cruauté. Avec les hommes est aussi et surtout un magistral roman d'amour.


Mikael Hirsch est un écrivain français, né à Paris en 1973. Il a déjà publié plusieurs romans et notamment OMICRoN (Ramsay, 2007), Le Réprouvé (L'Editeur, 2010), qui fut particulièrement remarqué par la critique, sélectionné pour le prix Femina puis repris en poche (J'ai lu) et Les Successions (l'Éditeur, 2011). Il est aussi actuellement libraire à Paris. Il est également le co - auteur (avec Emile Brami) d'une pièce de théâtre intitulée Faire bouillir le chevreau dans le lait de sa mère, composée à partir de textes de Marcel Proust et Louis Ferdinand Céline et mise en scène par Ivan Morane pour le festival d'Avignon en 2012.


                                                 **********


Jean Szlamowicz

Détrompez vous .Les étranges indignations de Stéphane Hessel décryptées

89 pages – 9 Euros -ISBN : 978.2.916355.57.3

 

Les indignations sélectives de la nouvelle icône médiatique qu'est devenu Stéphane Hessel se sont répandues sans contrôle ni vérification. En véritable saint du militantisme à la mode, il profère ses anathèmes, et pour ses adeptes, chacune de ses imprécations se transforme en une vérité révélée. L'indignation impérative devient alors un commandement pour tous. Contrevérités, exagérations, emphase larmoyante... En usant jusqu'à la corde la dimension compassionnelle des droits de l'homme, Stéphane Hessel se livre à un florilège d'assertions démesurées sans fondement dans la réalité. Ce vieil homme indigné ne fait pourtant que ressasser les perles scandaleuses de la stratégie jihadiste. Jean Szlamowicz décrypte les procédés de son imposture argumentative, ciblant chaque manoeuvre rhétorique en la soumettant à l'épreuve des faits. Est-il encore temps pour la raison de rétablir la vérité face aux ravages médiatiques d'un prêche dont la virulence fourbit les armes d'une indignation dangereuse ?


Maître de conférences à l'Université de Paris-Sorbonne, Jean Szlamowicz est linguiste et traducteur. Il a notamment publié Outils pour le commentaire de traduction (Editions Ophrys) et Détrompez-vous ! Les étranges indignations de Stéphane Hesse/ décryptées (Editions   Intervalles).

 

Et, chez le même éditeur


Fouad Elkoury

On War And Love ( De la guerre et de l’amour )

88 pages – 19 Euros - ISBN : 978.2.916355.20.7

 

De la guerre et de l’amour est une évocation intimiste et inspirée du Liban de 1982 à 2006. Basée sur le journal qu’a tenu Fouad Elkoury pendant les 33 jours de guerre au Liban durant l’été 2006, cette oeuvre est un jeu de miroir entre des photos de Beyrouth de cette période et celles prises en 1982. C’est une histoire d’amour. C’est une histoire de guerre. C’est une histoire d’amour en temps de guerre.

Co-fondateur de lArab Image Foundation, Fouad Elkoury débute sa carrière en photographiant Beyrouth pendant la guerre civile. Loin de constituer un reportage sur la vie quotidienne, ses photos exposent la nécessité d’un temps suspendu, comme dans Beyrouth Aller-Retour (1984), ou Beirut City Centre (1992), deux livres qui ont marqué l’histoire de la photographie. Depuis juin 2007, ses photos sont exposées à la Biennale d’art contemporain de Venise au Pavillon libanais.


Fouad Elkoury, photographe et cinéaste est né à Paris en 1952. Il vit entre Paris et Beyrouth. Outre de nombreux livres de photos, il a publié La Sagesse du Photographe en 2004 (L'oeil Neuf). Il est venu hier est son premier roman.


Comme


Linda Grant, traduit (anglais) par Sylvie Finkelstein

Le roman que je n’ai pas écrit Mémoires d’Israël

ISBN : 978.2.916355.12.2 – 269 pages – 19 Euros

 

J'étais venue de Londres pour écrire un roman que je n'ai toujours pas écrit. Il s'agissait d'un pays où arrivaient des immigrants du monde entier. On aurait pu le mettre au beau milieu de l'Antarctique, avec pour seuls ennemis des ours polaires et des pingouins, ç'aurait tout de même été un endroit très difficile, bourré de problèmes bien à lui (...) Nous sommes rentrés à Tel Aviv. Tout avait l'air différent. Le vent nocturne soufflait de la mer. Les gens marchaient dans les rues, dans Ben-Yehouda, devant le Supersol, la synagogue, le café Mapou, les bijoutiers, le stand de falafels, les kiosks - tout semblait plus réel que jamais auparavant, plus compliqué, plus intéressant, plus humain.


Linda Grant, née à Liverpool en 1951, vit désormais à Londres. Son deuxième roman, When I Lived in Modern Times, a obtenu le Prix Orange. Le Roman que je n'ai pas écrit est le premier des ses livres à être traduit en français.


                                                 **********


Abbas

Les enfants d’Abraham. Editions bilingue français-anglais

239 pages – 29 Euros - ISBN : 978.2.916355.01.6

 

De 1978 à 1980, j’ai couvert la Révolution Iranienne, et pendant 7 ans, de 1987 à 1993, j’ai parcouru les terres musulmanes.

De Sinkiang au Maroc, de Londres à Tombouctou, en passant par New York et Mecca, j’ai photographié le quotidien des musulmans, leurs rituels religieux et leur spiritualité, mais aussi l’émergence de l’islamisme, son fanatisme et sa violence.

Guidé par la volonté de comprendre les tensions internes des sociétés musulmanes, j’ai exploré le conflit entre une idéologie politique grandissante, qui cherche son inspiration dans un passé mythique, et un désir universel de modernité et de démocratie.

 Ce travail terminé, j’ai photographié, pendant 6 ans, de 1995 à l’an 2000, les communautés chrétiennes à travers le monde, avec le même regard critique.

A l’aube du « Troisième Millénaire » l’an 2000 s’est imposé comme le calendrier universel et comme le symbole de la Civilisation Occidentale : cette année-là, les Juifs ont célébré l’an 5760 et les Musulmans, l’an 1420.

Au cours de ces voyages, j’ai aussi photographié les Juifs, les enfants d’Abraham, considérés par les chrétiens et les musulmans comme leurs ancêtres communs.

Pour la première fois, j’ai réuni les trois religions monothéistes dans une seule exposition et dans un catalogue où figurent des extraits de mes carnets de voyages.


" Né photographe ", Abbas est un Iranien transplanté à Paris. Membre depuis 1981 de la prestigieuse agence Magnum il est reconnu pour son talent à saisir un fait social et aussi bien qu'à nous transmettre l'émotion. II a publié de nombreux ouvrages, notamment : "Allah o akbar, voyages dans l'islam militant", Phaidon, 1994 ; "Voyage en chrétientés", Editions de la Martinière, 2000 ; "lranDiary", Autrement, 2002 ; "Sur la route des esprits", Editions Delpire, 2005, "Au Nom de Qui ?", Editions du Pacifique, 2009.



                                                  **********

 
 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

CONTACT

Retour au site sefarad.org -