Visiter-sefarad.org
 

Gaby

Pour lire au frais (13 juin 2014)

    MENU    

SEFARAD.org

INDEX Gaby

LIVRES et Disques

PRECEDENTE Page

AIDEZ-nous

Dominique Fontaine
Quand le verre vire au rouge – Editions Jude
ISBN : 978-2-8399-0642-5 – 175 pages
 
Découvrez cette histoire vécue, témoignage parfois étonnant, surprenant, percutant mais souvent touchant.
Voici un livre... que je vous livre... et dans lequel je me livre. Il n'est pas lourd... il pèse moins d'une livre, mais son contenu peut avoir du poids dans votre vie.
De nos jours, nombreux sont ceux qui ont perdu l'espoir, qui cherchent à fuir en se réfugiant dans une dépendance, quel que soit son nom. Mais cette dépendance les désespère facilement. Que ce récit soit source d'espoir.
 
Dominique Fontaine , d’origine française, est pasteur à Lausanne, en Suisse. Marié,père de Quatre enfants, il est aussi auteur – compositeur et interprète, au sein d’ un groupe connu sous le nom de JUDE 25
 
Je crois en toi CD de musique composé par Dominique Fontaine
Dominique & Elsbeth sont ambassadeurs de « Compassion » pour parrainer des enfants à travers le monde. Ils étaient au Burkina Faso pour voir le travail dans ce pays 
 
**********
 
Georges Bensoussan
Atlas de la Shoah (La mise à mort des Juifs d’Europe, 1939- 1945 ) – Editions Autrement
ISBN : 978-2-7467-3230-8 – 95 pages – 19,90 euros
 
En une centaine de cartes et d'infographies, cet atlas inédit retrace l'histoire de l'une des plus grandes tragédies du XXe siècle, la Shoah. Les racines intellectuelles du génocide : le rôle joué par la diffusion de l'antisémitisme et du darwinisme racial en Europe au XIXe siècle. Une approche géographique originale qui met en évidence la concentration spatiale des centres de mise à mort, les accélérations, la concomitance et la coordination des phases du génocide, et qui souligne ainsi son caractère planifié.
Une analyse à différentes échelles : du théâtre mondial à l'épicentre européen, des politiques d'Etat aux trajectoires individuelles. La cartographie permet une appréhension plus globale de cet événement historique sans précédent. Elle invite à interroger autrement ses origines, sa chronologie, son déploiement géographique et ses conséquences démographiques.
 
Georges Bensoussan est historien et responsable éditorial du Mémorial de la Shoah. Il est notamment l'auteur d'une Histoire de la Shoah (PUF, "Que sais-je ?", 5e édition, 2012) et le co-directeur du Dictionnaire de la Shoah (Larousse, 2009). Il a récemment publié Juifs en pays arabes. Le grand déracinement, 1850-1975 (Tallandier, 2012). Mélanie Marie est cartographe indépendante. Elle collabore régulièrement aux atlas Autrement.
 
**********
 
Avrom Sutzkever
Le Ghetto de Wilno 1941-1944 Editions Texto
ISBN : 979-10-210-0480-1 – 385 pages – 11 Euros
 
Le 27 février 1945, Avrom Sutzkever témoignait devant le tribunal de Nuremberg des atrocités commises par les nazis dans le ghetto de Wilno. Son témoignage, capital, entrera dans l'histoire, tant la parole des victimes fut rare lors du procès.
C'est dire l'importance que revêt le récit qu'il a laissé de sa vie quotidienne entre 1941 et 1944. Jeune poète, il décrit dans ce texte l'horreur et la mort comme faisant partie de l'ordinaire, avec la volonté de restituer la sincérité du témoin tout en gardant le recul d'un observateur neutre. Avrom Sutzkever donne notamment à voir les tentatives désespérées d'une poignée de résistants pour sauvegarder les trésors de la Jérusalem de Lituanie tandis que subsiste au sein du ghetto une vie culturelle foisonnante mais clandestine, ultime rempart devant la barbarie.
Chef-d'oeuvre oublié de la littérature yiddish et document historique de première importance, Le Ghetto de Wilno mêle une écriture de l'immédiateté, guidée par l'urgence de raconter, à l'évocation sensible et dramatique d'un monde plongé dans l'abîme.

Avrom Sutzkever (1913-2010) s'est installé en Israël en 1947. Fondateur de la prestigieuse revue littéraire Di Goldene keyt, il est considéré comme un des plus grands poètes de langue yiddish.
 
Avrom Sutzkever naît le 15 juillet 1913 à Smarhon, ville de l'actuelle Biélorussie. Durant la Première Guerre mondiale, sa famille se réfugie en Sibérie puis s'installe à Vilnius en 1922. À l'époque, la ville s'appelle Wilno et se situe en territoire polonais. À la fin des années 1930, Avrom Sutzkever fait partie du mouvement littéraire et artistique Yung Vilne à Vilnius. Il publie son premier poème en 1934. Lorsque Vilnius est occupé par l'Allemagne nazie, Sutzkever est enfermé dans le ghetto de Vilnius comme les autres juifs de la région. Il parvient à rejoindre les partisans après s'être échappé du ghetto avec sa femme et le poète Shmerke Kaczergiński, le 12 septembre 1943. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il écrit plus de 80 poèmes qu'il parvient à conserver en vue d'une publication après la guerre. Il s'installe ensuite en Union soviétique. Appelé à témoigner au procès de Nuremberg, il souhaite s’exprimer en yiddish mais seules les langues des puissances victorieuses sont admises. Il choisit alors de témoigner en russe.
 
**********
 
Roland Lardinois et Georges Weill
Sylvain Lévi Le savant et le citoyen – Editions Honoré Champion
ISBN : 978-2-7453-2008-7 – 289 pages – 56 Euros
 
Indianiste de réputation internationale, spécialiste du bouddhisme, Sylvain Lévi (1863-1935) occupa la chaire de langue et littérature sanscrites au Collège de France de 1894 à sa mort. Il fut un universitaire engagé, fidèle aux principes de la Révolution française et le défenseur intransigeant des droits civils et politiques des juifs, conformément à la doctrine de l'Alliance israélite universelle qu'il présida à partir de 1920. Grand voyageur, il a entretenu une importante correspondance avec de nombreuses personnalités du monde politique et scientifique de son temps, ainsi qu'avec les membres de sa famille. Les lettres de cette édition ont été adressées par Sylvain Lévi à son neveu, l'écrivain Jean-Richard Bloch, ainsi qu'à Jacques Bigart, secrétaire de l'Alliance israélite universelle. Malheureusement, en raison du pillage de ses domiciles par les nazis, seules les lettres de Sylvain Lévi ont été conservées. Elles abordent des problèmes politiques, éthiques et scientifiques ainsi que des préoccupations personnelles dans lesquelles le savant exprime ses colères, maltraite ses rivaux, et propose une vision très idéalisée du franco-judaïsme. Elles témoignent aussi de la vigueur de ses sentiments patriotiques au moment de la Grande Guerre. À travers des descriptions colorées et de piquantes anecdotes, elles illustrent la vie studieuse d'un orientaliste représentant la France à l'étranger et nous renseignent sur l'œuvre de l'Alliance israélite universelle, le sionisme, le déclin de la colonisation britannique en Inde, l'ouverture du Népal à la modernité, les convulsions de la Chine et le Japon des derniers empereurs. La personnalité de Sylvain Lévi apparaît ainsi sous un regard nouveau qui permet de nuancer les positions très dogmatiques qu'il avait adoptées à l'égard des forces politiques apparues sur la scène internationale au début du XXe siècle.
 
Roland Lardinois Sociologue. Chercheur au Centre d'étude de l'Inde et de l'Asie du sud du CNRS (en 1989).
Georges Weill Conservateur en chef des archives de la région d'Ile-de-france, directeur des Archives de Paris (depuis 1987). Ancien directeur des services d'archives de la Meuse (1963-1968), puis des Hauts-de-Seine (1968-1987). Chargé de cours à l'Université de Paris-X (depuis 1970) et à l'Université libre de Bruxelles (depuis 1977). Vice-président de la Commission française des archives juives. Conservateur de la bibliothèque et des archives de l'Alliance israélite universelle. Archiviste paléographe (1963).
 
De le même maison d’édition
 
Wolfgang Asholt et Claudine Delphis
Jean-Richard Bloch ou à la découverte du monde connu : Jerusalem et Berlin 1925-1928
ISBN : 978-2-7453-2037-7 – 323 pages – 67,45 Euros
 
Le Robinson juif ; Mitropa ou l’Europe du milieu. Ces deux curieux essais de Jean-Richard Bloch (1884-1947), écrits au cours des années 1920 à l’issue d’un voyage à Jérusalem puis à Berlin, nous font chacun redécouvrir un monde que nous croyons connaître : le sionisme en Palestine, le Berlin de la République de Weimar. A l’origine, il y a l’inauguration de l’université hébraïque de Jérusalem en 1925, et la mise en scène d’une pièce de Bloch au théâtre de Piscator en 1928 : d’un côté l’implantation d’une université juive européenne dans une région où l’état d’Israël était un des avenirs possibles parmi d’autres ; de l’autre une métropole ultramoderne qui, aux yeux de bien des intellectuels en visite, allait devenir le modèle d’un carrefour des cultures. La rencontre ici, sous le signe de l’utopie, de ces deux villes bientôt liées pour le pire au point de représenter la rupture de civilisation qui suivit la catastrophe nazie, rappelle que d’autres possibilités historiques et culturelles existaient alors en Europe. Une correspondance intime de l’auteur accompagne ces textes, et nous fait mieux comprendre ce siècle naissant des extrêmes, à travers le regard singulier d’un écrivain français, juif, homme de gauche et européen dans l’âme.
 
**********
 
Ian Livingstone ( traduit de l’Anglais par C Degolf )
Le sang des Zombies – Editions Gallimard Jeunesse
ISBN : 978-2-07-065135-1 - 368 pages - 13,50 Euros
 
 Deux dés, un crayon et une gomme sont les seuls accessoires dont vous aurez besoin pour vivre cette aventure. VOUS seul déciderez de la route à suivre, des risques à courir et des créatures à combattre. Bonne chance… » Telle la devise reprise par Blood of the Zombies. Enfin, presque… vu que ça se passe dorénavant sur Tablette…
Amis à la trentaine bien tassée ce billet (n’) est (pas que) pour toi.
 
 
                                                                                                   ********** 
 
Giovanni Montanaro
Toutes les couleurs du monde – Editions Roman
ISBN : 978-2-246-80292-1 – 203 pages – 16,90 Euros
 
 
Thérèse Sansonge naît d'une mère folle, un jour de tempête. Nous sommes à la fin du xix* siècle, à Geel, surnommé le village des fous, car depuis le Moyen Age ceux-ci vivent parmi la population en toute liberté. Les habitants en profitent d'ailleurs pour arrondir leurs fins de mois, car Bruxelles envoie une allocation aux familles d'accueil.
C'est ainsi que Thérèse, saine de corps et d'esprit mais orpheline depuis la naissance, est déclarée folle pour pouvoir profiter de l'hospitalité de la famille Vanheim. Elle y mène une vie tranquille, et sage. Jusqu'à l'arrivée inopinée d'un vagabond à la tignasse rousse et au regard fiévreux-VincentVanGogh.
Thérèse pressent qu'il fera de grandes choses : son destin s'accomplira grâce aux couleurs. Quand il fuit les psychiatres de Geel, elle sombre dans le désespoir, la longue lettre qu'elle lui adresse lui permettra-t-elle d'éviter la folie ?
Les destins des deux personnages se croisent et se répondent, unis par un fil invisible, par toutes les couleurs du monde, celles que Van Gogh aurait trouvées à Geel lors de son année d'errance, celles qui guident la vie de Thérèse, que l'on fait passer pour folle mais qui n'aspire qu'au bonheur.


Giovanni Montanaro est né à Venise en 1983. Avocat, mais aussi écrivain, il est l'auteur d'ouvrages de fiction et de pièces de théâtre. Toutes les couleurs du monde, finaliste du prix Campiello en 2012, est son troisième roman.
 
**********
 
Bruno Apitz
L’enfant de la valise – Editions Denoël
ISBN : 978-2-207-11639-5 – 473 pages – 23,50 Euros
 
Buchenwald, début 1945, la fin de la guerre est proche. Certains des 50 000 prisonniers ont créé des réseaux secrets afin de se rebeller au moment de la libération. Le quotidien du camp est bouleversé le jour où un prisonnier polonais arrive avec une valise dans laquelle se trouve un enfant de trois ans. Les hommes décident contre l'avis de leur chef de sauver le petit garçon et de le dissimuler dans leur atelier de travail. Il est pour eux comme une bouffée de liberté et d'espoir. Malheureusement, il est bientôt découvert par le SS en charge de l'atelier...
 
Bruno Apitz  né le 28 avril 1900 à Leipzig , mort le 07 Avril 1979 , est un écrivain d'Allemagne de l'Est, rendu mondialement célèbre par un roman Nackt unter Wölfen publié en 1958 en RDA , publié en France en 1961 sous le titre Nu parmi les loups.Très jeune, il rejoint le mouvement révolutionnaire. Il est arrêté pour la première fois à l'âge de 17 ans pour propagande contre la guerre. En 1927, il adhère au KPD et subit la répression nazie dès 1933. Il est emprisonné huit ans au camp de concentration de Buchenwald . Après 1945, il est rédacteur et dramaturge dans un organisme culturel de la RDA, puis écrivain indépendant à partir de 1955.
 
**********
 
Peter Sis
Le pilote et le Petit Prince – Editions Grasset Jeunesse
ISBN : 978-2-246-78714-3 – 48 pages - 15,90 Euros
 
Au tournant du siècle dernier, naissait un petit garçon aux cheveux blonds, qui allait devenir un grand aventurier… En ces temps de grandes découvertes, on rêvait de nouvelles inventions. Alors que l’on assistait au début de l’aviation, Antoine construisait déjà, à l’âge de douze ans, sa propre machine volante. Et même si elle ne fonctionnait pas, cela ne le découragea pas ! Dans cet album foisonnant qui s’adresse aussi bien aux enfants qu’aux adultes, Peter Sís nous raconte l’histoire de ce petit garçon qui s’est donné tous les moyens pour réaliser son rêve : voler. On suit, pas à pas, ses débuts dans l’Aéropostale, mécanicien avant de devenir pilote, et on découvre des anecdotes de sa vie hors du commun. Au fil de rencontres et des voyages qui l’ont marqué, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale au cours de laquelle il disparut, les planches magnifiques et captivantes de Peter Sis nous immergent totalement dans la vie de ce formidable aviateur, qui aimait lire et écrire pendant qu’il volait…
 
Peter Sís, illustrateur, auteur et cinéaste de renommée internationale, est né à Brno, en Tchécoslovaquie, en 1949. Il fait des études à l’Ecole des arts décoratifs de Praguet au Royal College of Art à Londres. Il commence sa carrière comme réalisateur et remporte l’Ours d’or au festival de cinéma de Berlin (Ouest) en 1980 avec un court métrage d’animation. Il a également remporté le Grand Prix Toronto et Prix de l’Aigle d’argent. En 1983, il collabore avec Bob Dylan sur You Got to Serve Somebody. Son œuvre cinématographique est inscrite au Musée d’art moderne de New York.
 
 
**********
 
Erik Larson
Le diable dans la ville blanche – Editions Le livre de poche
ISBN : 978-2-253-15722-9 – 590 pages – 8,10 Euros
 
1893 : à l’occasion de l'Exposition universelle de Chicago, l’architecte Daniel H. Burnham est chargé de créer une cité de rêve, la Ville blanche. Dans l'ombre du chantier, H. H. Holmes, un jeune et séduisant médecin, est en réalité l'un des tueurs en série les plus terrifiants de l'histoire du crime. Dans l’hôtel où il attire ses victimes, il a installé une chambre de torture et un four crématoire. Deux cents personnes sans doute, des femmes surtout, n’en réchapperont pas. Un document exceptionnel où l’on constatera, une fois de plus, que la réalité dépasse toujours la fiction.
 
Erik Larson est un auteur américain de romans historiques et de romans policiers né le 3 janvier 1954 à Brooklyn. Il a écrit trois best-sellers selon les critères du New York times News dont le Diable dans la ville blanche vendu à plus de deux millions d'exemplaires.
 
De la même maison d’édition
 
Katherine Pancol
Les yeux jaunes des crocodiles
ISBN : 978-2 253-19488-0 -665 pages – 7,90 Euros
 
Ce roman se passe à Paris. Et pourtant on y croise des crocodiles.
Ce roman parle des hommes.
Et des femmes. Celles que nous sommes, celles que nous voudrions être, celles que nous ne serons jamais, celles que nous deviendrons peut-être.
Ce roman est l’histoire d’un mensonge. Mais aussi une histoire d’amours, d’amitiés, de trahisons, d’argent, de rêves.
Ce roman est plein de rires et de larmes.
Ce roman, c’est la vie.
 
Elle se décrit : Je suis née au Maroc, à Casablanca, j'ai grandi sous les palmiers de Media...
À cinq ans, je suis arrivée en France…
Études littéraires, prof de français-latin, voyages, multitude de petits boulots et puis un jour, au hasard d'une rencontre, je deviens journaliste…
 
Et
 
Irvin Yalom
Le problème Spinoza
ISBN : 978-2-253-16868-3 – 544 pages – 8,10 Euros
 
La force d'une conviction est sans rapport avec sa véracité.»
 
Le 10 mai 1940, les troupes nazies d'Hitler envahissent les Pays-Bas. Dès février 1941, à la tête du corps expéditionnaire chargé du pillage, le Reichsleiter Rosenberg se rue à Amsterdam et confisque la bibliothèque de Spinoza conservée dans la maison de Rijnsburg.

Quelle fascination Spinoza peut-il exercer, trois siècles plus tard, sur l'idéologue nazi Rosenberg ? L'oeuvre du philosophe juif met-elle en péril ses convictions antisémites ? Qui était donc cet homme excommunié en 1656 par la communauté juive d'Amsterdam et banni de sa propre famille ?

Nourri de son expérience de psychothérapeute, Irvin Yalom explore la vie intérieure de Spinoza, dont on connaît si peu, ce philosophe au destin solitaire qui inventa une éthique de la joie, influençant ainsi des générations de penseurs. Parallèlement, l'écrivain cherche à comprendre quel fut le développement personnel d'Alfred Rosenberg qui joua, aux côtés d'Hitler, un rôle décisif dans l'extermination des juifs d'Europe.

Le Dr Yalom aurait-il pu psychanalyser Spinoza ? ou Rosenberg ? Le cours de l'histoire en aurait-il été changé ? Dans la lignée de son bestseller Et Nietzsche a pleuré, ce nouveau roman d'Irvin Yalom, à la fois incisif et palpitant, nous tient en haleine face à ce qui fut de tout temps "Le problème Spinoza"
 
Irvin David Yalom, né le 13 Juin 1931 à Washington, est un écrivain américainaméricain auteur de romans, essais et autres écrits. Il est également un professeur émérite en psychiatrie de l’université Stanfordd, un existentialiste et un psychothérapeute reconnu.
                                                                                   
Comme
 
Philippe Djian
Oh
ISBN : 978-2-07-045628-4 – 241 pages – 17,58 Euros
 
Décembre est un mois où les hommes se saoulent - tuent, violent, se mettent en couple, reconnaissent des enfants qui ne sont pas les leurs, s'enfuient, gémissent, meurent...» "Oh..." raconte trente jours d'une vie sans répit, où les souvenirs, le sexe et la mort se court-circuitent à tout instant.
 
Philippe Djian est un romancier et nouvelliste français né le 03 Juin 1949 à Paris. Il est parfois présenté comme un héritier de la Beat Génértion en France[1],[2]. Il est notamment l'auteur de 37°2 le matin.
 
**********
 
 
 
 
 
 
 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

CONTACT

Retour au site sefarad.org -