Visiter-sefarad.org
 

Gaby

Mai arrive.

    MENU    

SEFARAD.org

INDEX Gaby

LIVRES et Disques

PRECEDENTE Page

AIDEZ-nous

La vocation de la Terre sainte
De David Meyer, Michel Remaud, Tareq Oubrou – Editions Lessius
316 pages – 24,50 Euros - ISBN  978-2-8799-263-8 –
 
Relation à la terre, relation au pouvoir : deux questions de toujours, mais aujourd’hui liées à l’incontournable réalité politique de l’État d’Israël. De nombreux livres traitent du conflit politique entre Israéliens et Palestiniens, mais aucun ouvrage ne présente, sur ces deux questions, les perspectives théologiques propres aux principaux acteurs du conflit : juifs, chrétiens, musulmans.
Si vaste que soit la littérature sur la sainteté de la terre selon les textes bibliques et coraniques, rares sont les auteurs qui se sont aventurés dans une réflexion religieuse sur une situation politique bien réelle. Plus rares encore, ceux qui puisent aux sources de leur foi la sagesse et l’audace d’une véritable créativité théologique qui permette d’ébaucher des pistes politiques porteuses de paix et d’harmonie.
Désormais, il n’est plus possible de se limiter aux dimensions éthiques d’un conflit entre deux peuples se réclamant d’une même terre. Face aux violences et à l’ébullition passionnelle, il est urgent que des croyants, revisitant leurs traditions, proposent des réflexions libres et courageuses.
 
Le rabbin David Meyer, diplômé du Séminaire rabbinique Leo Baeck (Londres), enseigne la littérature rabbinique et la pensée juive contemporaine à l’Université grégorienne pontificale de Rome.
Michel Remaud, prêtre, docteur en théologie, enseigne à Jérusalem à l’Institut Albert Decourtray (Institut chrétien d’études juives et de littérature hébraïque).
Tareq Oubrou, grand imam de Bordeaux ; président d’honneur et ex-président de l’association «Les imams de France»; penseur musulman
 
**********
 
Histoire d’une vie
De Aharon Appelfeld – Editions Points
213 pages – 6,30 Euros - ISBN  978-2-02-083794-1 –
 
" Où commence ma mémoire ? Parfois il me semble que ce n'est que vers quatre ans, lorsque nous partîmes pour la première fois, ma mère, mon père et moi, en villégiature dans les forêts sombres et humides des Carpates. D'autres fois il me semble qu'elle a germé en moi avant cela, dans ma chambre, près de la double fenêtre ornée de fleurs en papier. La neige tombe et des flocons doux, cotonneux, se déversent du ciel. Le bruissement est imperceptible. De longues heures, je reste assis à regarder ce prodige, jusqu'à ce que je me fonde dans la coulée blanche et m'endorme. ". Avec Histoire d'une vie, Aharon Appelfeld nous livre quelques-unes des clés qui permettent d'accéder à son œuvre : souvenirs de la petite enfance à Czernowitz, en Bucovine. Portraits de ses parents, des juifs assimilés, et de ses grands-parents, un couple de paysans dont la spiritualité simple le marque à jamais. II y a aussi ces scènes brèves, visions arrachées au cauchemar de l'extermination. Puis les années d'errance, l'arrivée en Palestine, et le début de ce qui soutiendra désormais son travail : le silence, la contemplation, l'invention d'une langue. Et le sentiment de l'inachèvement lié au refus obstiné de l'autobiographie, dans son acception la plus courante : histoire d'une vie. Comme si le dévoilement de ce que chacun a de plus intime exigeait une écriture impersonnelle
 
Comment un enfant ayant tout perdu peut-il survivre plusieurs années seul dans les sombres forêts ukrainiennes? Aharon Appelfeld a dix ans lorsqu'il s'échappe du camp. Sa longue errance le conduira, quatre ans plus tard, en Palestine.
Plongé dans le silence depuis le début de la guerre, il apprend une nouvelle langue. Il l'utilisera désormais pour tenter de relier les différentes strates de sa vie à leurs racines perdues.
 
Aharon Appelfeld est né de parents juifs assimilés germanophones, parlant aussi le ruthène, le français et le roumain. Sa mère est tuée en 1940 alors que le régime roumain commence sa politique meurtrière envers les Juifs.
 
**********
 
L’enfance des Français d’Algérie avant 1962
Collectif sous la direction de Leïla Sebbar – Editions Bleu autour
287 pages – 24 Euros - ISBN  978-2-358-480464-2
 
Toute enfance est une patrie perdue », dit l’un des 28 collaborateurs de l’ouvrage (l'historien J. Fremeaux), et une patrie doublement perdue, puisque ces auteurs ont tous dû quitter brutalement cette patrie en pleine enfance ou aux bords de l’adolescence. Tous les auteurs de ce recueil sont aujourd'hui des intellectuels vieillissants, universitaires, romanciers, nouvellistes, poètes ou conteurs, On ne trouve chez eux ni rancœur, ni rancune, mais toujours un questionnement où l’émerveillement de l’enfant se confronte au savoir objeiif de l’adulte, et un étonnement d’avoir été déclarés coupables par l’histoire et de devoir juger leurs bonheurs innocents à l’aune de la réalité. On a dans ce melting-pot un panel d’origines diverses, françaises, espagnoles, juives, italiennes et même franco-musulmanes, d’horizons politiques divers, de statuts sociaux divers : enfants de petits boutiquiers pauvres, de médecins, de fonctionnaires, d’instituteurs, de colons même. La souffrance de l’exil est douce, maîtrisée, d’autant plus que la plupart des auteurs sont restés en contact avec l’Algérie et les Algériens, elle est un peu comparable, dit très justement l’un des auteurs (G.Morin, organisateur du Maghreb des livres), à celle des enfants de parents divorcés qui s’interdisent de juger et rêvent de réconciliation de leurs deux patries.
On est donc loin de l’image d’Epinal du français d’Algérie prétendument insupportable, prétentieux, hâbleur et revanchard.
 
Vingt-huit Français d’Algérie en exil, juifs et européens, nés en Algérie de parents nés en Algérie, tous Gens du livre (écrivains, essayistes, conteurs…), donnent un récit et des photographies de leur enfance dans l’Algérie française et coloniale, des années vingt à 1962. On voit, on découvre une Algérie plurielle où l’on vivait « ensemble mais séparés ». On entend les voix et les accents de la Méditerranée : France et Corse, Espagne et Baléares, Italie et Malte. Bonheurs, malheur, mais ni nostalgie lacrimale ni dolorisme, ni folklore réducteur ni ressentiment : un voyage polyphonique, jalonné de dessins inédits ; une mosaïque d’histoires intimes qui composent une Histoire commune entre l’Algérie et la France ; un travail de mémoire, nécessaire, possible aujourd’hui.
 
Avec la participation des auteurs suivants :
Nora Aceval, Alain Amato, Joëlle Bahloul, Simone Balazard, Gil Ben Aych, Albert Bensoussan, Jean-Pierre Castellani, Roger Dadoun, Janine de la Hogue, Alain Ferry, Jacques Fremeaux, Jean-Jacques Gonzalès, Colette Guedj, Danièle Iancu-Agou, Andree Job-Querzola, Jean-Jacques Jordi, Catherine Lalanne, Anne-Marie Langlois, Louis Martinez, Lucienne Martini, Martine Mathieu-Job, Georges Morin, Mireille Nicolas, Michèle Perret, Jean Sarocchi, Alain Vircondelet, Jean-Claude Xuereb, Bernard Zimmermann.
 
**********
 
Raison Souveraine
De Karin Hann – Editions du Rocher
418 pages – 19,90 Euros - ISBN : 978-2-268-07745-1 –
 
 
1615. Anne d'Autriche, infante d'Espagne, quitte son pays natal pour lier son destin à celui de Louis XIII. Ses espoirs seront vite anéantis : tenue à l'écart des affaires de l'Etat par son époux et sa belle-mère, tous deux jaloux de leurs prérogatives, elle découvre par ailleurs le peu d'attirance du roi pour le beau sexe. Sa vie devient un enfer. Une entrevue galante, à la nuit tombée, avec le séduisant duc de Buckingham fait scandale dans les cours européennes et déchaîne la fureur d'un souverain humilié.
Le cardinal de Richelieu, qui gouverne la France d'une poigne de fer, espionne désormais la reine sans relâche, alors que la duchesse de Chevreuse multiplie les intrigues autour d'elle, provoquant de graves crises qui ébranlent le trône. Parvenir à embrasser les intérêts de la France et se sentir enfin reine, tel sera l'enjeu douloureux d'Anne d'Autriche jusqu'à la naissance de son fils, le futur Roi-Soleil.
Du jardin d'Amiens à la conjuration de Chalais, du siège de La Rochelle à la journée des Dupes, Karin Hann met en scène les années tourmentées du règne de Louis XIII, où les ambitions s'affrontent tandis que la famille royale se déchire. Dans ce chaos à la fois intime et politique dominé par les passions, la raison saura-t-elle être souveraine ?
 
Karin Hann, doctorante en lettres, est membre du Grand Prix du roman historique et l'auteur des romans historiques Althéa ou la Colère d'un roi (Robert Laffont, 2010), Les Lys pourpres (2012) et Les Venins de la Cour (2013) aux Editions du Rocher. Elle est aussi membre du jury du prix Marcel Pagnol et auteur de Marcel Pagnol, Un autre regard (2014) aux Editions du Rocher.
 
**********
 
 
 
 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

CONTACT

Retour au site sefarad.org -